Zéro pointé en dictée : Ces cadres handicapés par l’orthographe

 


Un documentaire de Catherine Guilyardi et Christine Robert 


L’orthographe française, figée depuis le 15e siècle, résisterait-elle à la réforme pour ne rester que l’apanage d’une élite ? Si tel est le cas, pourquoi étudiants et cadres sont-ils de plus en plus nombreux à faire de sérieuses fautes ? Les entreprises commencent à s’inquiéter pour leur image, encourageant la naissance d’un business florissant, celui du coach en orthographe. Parfois ce handicap porte un nom : l’illettrisme, lorsque les phrases dites avec aisance ne trouvent pas de traduction intelligible sur le papier. On peut être étudiant en Master comme Kevin, ingénieur-commercial comme Jacques ou cadre dirigeant dans une grande entreprise comme cet homme qui préfère garder l’anonymat et confondre un participe passé avec un indicatif, mettre un ‘s’ à la fin d’un verbe conjugué à la troisième personne du pluriel ou utiliser toujours les mêmes mots pour ne pas faire d’erreur. Les secrétaires ont souvent disparu et les cadres sont de plus en plus autonomes. Le « reporting » qui se développe dans les entreprises exige du cadre que tout soit écrit pour être tracé en cas de problème. Sur les Docks rencontre ces nuls en orthographe qui ont décidé de lutter pour mettre fin à des années de souffrance et acquérir ce qui reste un marqueur social en France : La maîtrise de la langue écrite.  

 
Avec 
Hugues Lenoir, chercheur spécialiste de l’illettrisme et de la formation des adultes,
Pascal Hostachy, co-créateur du Projet Voltaire
Aurore Ponsonnet, orthophoniste et coach
Maïa Gresh, formatrice à la Cegos
l’équipe de l’ECAM, école d’ingénieurs de Lyon